Nous recherchons des personnes extérieurs à l'école, en particulier !
Le chapitre cinq a été ouvert ici

Partagez | 
  « For the night is dark and full of terrors » [PV Alysse]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité


MessageSujet: « For the night is dark and full of terrors » [PV Alysse]   Ven 27 Sep - 23:59


Alysse & Jaime
« For the night is dark and full of terrors »

Il était presque deux heures du matin lorsque la porte de la chambre 066 s’entrouvrit dans un sinistre grincement. L’homme, qui s’apprêtait à sortir, demeura immobile l’espace d’un instant  afin de s’assurer que personne ne s’était réveillé ou traînait dans les parages: il était impossible de bouger cette vieille porte de bois sans émettre un bruit digne d’un film d’horreur. Une fois convaincu que la voie était bien libre, il  se glissa en dehors de la pièce et referma la porte avec autant de délicatesse que possible étant donné le pauvre état des charnières. Puis, d’un pas feutré, il s’éloigna tranquillement des résidences temporaires réservées aux employés et élèves de Shadow Falls.

Vêtu d’un pull noir, de pantalons noirs et même d’un bonnet noir en cette nuit plus que noire, Jaime Casterfield avait l’air d’un parfait bandit s’enfuyant tout juste du lieu de cambriolage. Pourtant, non, il n’était rien d’un voyou: travaillant pour la directrice Nerina Hollyster, il occupait la chambre 066 de façon tout à fait légitime, et il se permettait d’en sortir à sa guise de façon tout autant légitime... ou presque. Il avait été précisé lors de l'arrivée que le couvre-feu de minuit que l’on avait imposé aux étudiants s’appliquait aussi aux membres du personnel, ordre strict des propriétaires de l’île – or, il était déjà passé deux heures. Tout le monde était déçu de ne pouvoir faire de sortie nocturne sous peine d'être expulsé, mais personne ne connaissait la raison exacte de ce règlement; aucune explication détaillée n’avait été donnée. Seuls les mystérieux propos que la sorcière avait murmurés par-dessus le brouhaha des élèves excités pouvaient servir de pseudo-justification. «  …car la nuit est sombre et remplie de terreurs… » ; voilà l'unique bribe de phrase que le métamorphe était sûr d'avoir bien entendue puisque le reste du temps, on aurait dit que la sorcière se parlait à elle-même. Les étranges maîtres du territoire étaient les seuls à savoir ce que cet avertissement signifiait, et peut-être tenaient-ils à ce que cela reste ainsi. Cependant, qui disait interdit sous-entendait souvent danger et attirait, par extension... transgression.  

Jaime était peut-être psychologue et professeur, mais il n'était pas plus obéissant que les étudiants pour autant. Lorsqu'un détail réussissait à capter son attention, plus rien ne pouvait l'en détourner jusqu'à ce que sa curiosité soit assouvie. En cette première nuit de séjour, c'étaient ces soi-disant « terreurs » qui avaient réussi à le tirer du lit. D'un côté, il ne pouvait s'empêcher de se demander si les propriétaires de l'île cherchaient seulement à effrayer les gens, ou s'ils avaient véritablement quelque chose de louche à cacher; de l'autre, il aurait mis sa main au feu que plus du trois quart des étudiants n'avaient soit rien entendu, soit rien compris, ou soit ils s'en fichaient complètement. Dans tous les cas, les chances étaient grandes que des étudiants s'aventurent trop loin et trop tard, sans savoir si leurs actions pouvaient les mener à un véritable danger ou non.  

Même si le son des vagues était calme et agréable sur la plage déserte, Jaime préféra s'orienter vers les méandres de la noire forêt située au centre de l'île. Habillé comme il l'était, il passait maintenant inaperçu à coup sûr – même un vampire aurait du mal à distinguer sa forme parmi les hauts troncs d'arbres. Ce n'est qu'après quelques minutes de tâtonnement dans l'obscurité que notre homme se rendit compte qu'il ne savait pas du tout où il allait, ni ce qu'il cherchait précisément, et cela le fit grommeler de mécontentement. Comment avait-il pu être aussi bête? Normalement, il n'entamait jamais rien d'ambitieux avant de l'avoir soigneusement planifié. Là, il était sorti sur un coup de tête, sous l'emprise d'une curiosité et d'un excitement aveugle, et se retrouvait maintenant au beau milieu d'une forêt sans la moindre idée de ce qu'il devait faire. À part le faible bruit de ses pas sur les branches mortes, il n'y avait aucun signe de vie dans les alentours. Peut-être avait-il eu tort, après tout. S'en voulant d'avoir pris une aussi mauvaise décision, il serra les poings et choisit de faire demi-tour.
Revenir en haut Aller en bas

Etudiant

avatar

Localisation : Shadow Falls
Messages : 265

MessageSujet: Re: « For the night is dark and full of terrors » [PV Alysse]   Lun 17 Mar - 0:06

Le premier jour passé sur l’île était passé à une allure folle. Après être sortis du bateau, élèves et personnel avaient été accueillis à bras ouverts par les propriétaires de l’île. Bien sur en était suivi un beau et long discours exprimant la joie d’avoir des invités, un tour des lieux et surtout : les règles à suivre. Parce que oui, ils étaient certes sur une île paradisiaque, au soleil mais cela n’était en aucun cas des vacances avant l’heure puisqu’ils étaient ici pour étudier, s’entraîner. Horaires à respecter, ne jamais s’aventurer seul quelque part sur l’île, couvre feu,.. Tout y était passé au peigne fin. La ligue était longue mais la blonde ne s’en plaignait pas. Après tout ces gens les acceptaient dans leur chez-eux, normal qu’ils tiennent à ce leurs vies ne soient pas troublées par trop de bouleversements de la part des élèves. Les chambres avaient été distribuées et les nouveaux arrivants avaient eu quelques minutes devant eux afin de prendre connaissance des lieux et de s’installer avant un dîner bien mérité. Alysse, morte de fatigue après cette journée de transports pour venir jusqu’ici, aurait tout donné simplement pour prendre une douche et aller dormir mais elle se pliait comme tous les autres à la règle du dîner. Après tout, elle n’avait pas vraiment le choix. La soirée elle aussi s’était vite terminée, tous étant particulièrement fatigués du voyage et c’est donc lessivée que la sorcière rejoignit sa chambre. Elle traînait des pieds en défaisant sa valise, baillant quasiment toutes les trente secondes et ce qui avait d’ailleurs le don d’agacer sa meilleure amie au possible. Oui, elle aurait pu ranger ses affaires le lendemain, mais au moins la chose était faite, elle n’aurait donc définitivement plus à s’en soucier et cela représentait toujours des minutes de gagner à pouvoir profiter -peut-être- du soleil le lendemain.

Après s’être douchée, la jeune femme s’installa confortablement dans son lit et trouva rapidement le sommeil. Seule hic : elle se réveilla moins d’une heure plus tard. Ce n’était pas le genre de personne à être coquette mais elle avait toujours du mal à réussir à trouver un bon sommeil lorsqu’elle ne dormait pas dans son propre lit. Elle se souvenait d’ailleurs assez bien des premières nuits qu’elle avait passées à Shadow, l’accumulation de fatigue qu’elle avait ressenti au bout de trois ou quatre jours avec trois heures de sommeil par nuits grand maximum. Ca avait été dur et puis, c’était devenu plus agréable, un peu plus chaque jour jusqu’à ce qu’elle s’y fasse complètement. Restant cependant couchée, elle referma à de nombreuses reprises les yeux, essayant de se forcer à se vider l’esprit et de trouver le sommeil sauf que cela s’avéra sans succès. Super. Le pire c’était vraiment de sentir qu’elle était crevée comme jamais mais de ne quand même pouvoir rien y faire. Un coup d’œil sur sa montre. Minuit. Bon ça va, il est encore assez tôt dans l’ensemble. Les yeux ouverts dans l’obscurité la plus complète, Alysse fixe le plafond -ou plutôt essaie-. Elle pense. Elle ne fait que ça de toute façon, penser, se torturer l’esprit, se faire du mal en se remémorant un passé heureux. Elle ne peut s’en empêcher, sa sensibilité la rend nostalgique à bien des moments et lui meurtrit le cœur bien plus qu’elle ne veut bien l’avouer. Ses yeux se ferment naturellement après quelques minutes. Elle trouve un sommeil plutôt stable mais elle se met à rêver ou plutôt à cauchemarder. Encore. Ca lui arrive souvent et ce, depuis quasiment toujours. Avec l’âge, les rêves deviennent plus douloureux, semblent de plus en plus réels et lorsqu’elle se réveille avec effroi, elle souffre presque physiquement de ce qu’elle a vu, de ce qu’elle à vécu même si ce n’était qu’une illusion. Ses yeux sont clos, elle sent sous ses paumes l’herbe fraiche caresser sa peau. Le soleil ne tape pas fort, une brise légèrement se lève et on peut entendre au lien les vagues qui s’écrasent contre des rochers. Ses yeux s’ouvrent péniblement, la première chose qu’elle voit : le ciel bleu azur et les nuages blancs qui s’y déplacent. L’odeur qui afflue dans ses narines lui indique qu’elle est chez elle , en Ecosse probablement dans une prairie ou un jardin. Elle s’assoit puis se lève, elle ne sait pas où elle est exactement mais elle s’en fiche : elle se sent bien. Elle se sent libre. Et puis, comme elle est seule, elle décide de s’entraîner à la magie. C’est son sport de la journée, son sport favoris. Un sport qui demande plus de concentration que n’importe quel autre, qui demande de la patience, du calme et surtout de la bonne volonté. La magie n’en fait qu’à sa tête, sa mère le lui a assez souvent répété pour qu’elle n’oublie plus jamais. Tout va bien, à merveille même. Elle se sent bien, elle peut enfin être elle-même et pourtant, tout bascule en moins d’une minute. Elle ne sait pas ce qui se passe, elle ne comprend pas. Ses pouvoirs sont trop forts, elle ne peut les contrôler, c’est au dessus de ses forces. Elle crie, elle appelle au secours mais personne ne l’entend. Elle s’effondre sur ses genoux, les yeux en larmes alors que sa mère se précipite vers elle. Elle ne doit pas venir, non, c’est trop dangereux, elle pourrait la blesser. Alysse lève le bras en lui disant de ne pas s’approcher d’elle et le coup part tout seul. Sa mère est projetée violemment au sol à plusieurs mètres. Le son de son corps entrant en collision avec l’herbe et la terre est effroyable. A cet instant, Alysse se réveille en sursaut, dans son lit, pleine de sueur. Sa respiration est saccadée, elle ne parvint pas à reprendre son calme. Son cœur bat vite et fort. Trop fort. Sa tête lui tourne, ses mains, ses bras et ses jambes tremblent. Un regard avec sa colocataire mais celle-ci est toujours paisiblement endormie. Tant mieux.

La jeune femme pousse la couverture et se lève. Elle a besoin de sortir d’ici, de prendre l’air, de respirer l’air frais peu importe où, peu importe le couvre feu, peu importe les gens qui pourront l’y attraper à déjà ne pas respecter le règlement. Elle passe un peu d’eau sur son visage alors que sa respiration redevient doucement normale. Ce cauchemar n’est que la confirmation de ses doutes. Depuis qu’elle a découvert ses pouvoirs, elle est passée par plusieurs phases. D’abord elle avait trouvé ça génial : la cape, faire le bien, sauver des gens sauf qu’avec le temps, l’âge et la maturité, elle s’était rendue compte que, ses pouvoirs pourraient tout aussi bien faire le mal autour d’elle. Et si un  jour elle perdait son calme, ressentait une émotion trop forte, en lieu public, avec ses proches et que ses pouvoirs se mettaient en marche et blessaient des gens ? Et si, au lieu d’être une justicière masquée elle n’était d’autre qu’un danger monumental pour les gens qu’elle aimait ? C’était sa plus grande phobie : blesser quelqu’un avec son don. Aussi loin qu’elle s’en souvienne ça n’avait jamais été le cas hormis une fois peut-être qui l’avait particulièrement marquée et avait pour la première fois laissé place à des doutes quand au côté bénéfique de la magie : lors d’une dispute plutôt houleuse avec sa mère, Alysse avait haussé le ton. Enfin plein dans sa période de crise d’adolescente, elle prenait tout ce que disait sa mère comme des reproches acerbes sans valeur et le lui reprochait bien. Elles étaient dans la cuisine et alors que la situation devenait de plus en plus critique entre elle, sa mère a décidé de choisir la manière radicale : punie de tout. Alysse n’aurait plus le droit de sortir, de regarder la télévision, d’aller sur son ordinateur, de toucher à son portable, bref, elle lui coupait en quelque sorte les vibres. Les poings de la blonde s’étaient serrés malgré elle et dans une colère noire elle lui avait crié qu’elle la détestait lorsque tout d’un coup, le verre que la mère était en train de lavé avait explosé dans ses mains en milles morceaux, la coupant à divers endroits de la main et plus précisément de la paume. Cet événement l’avait terrifiée, mortifiée et clouée sur place. Elle ne pensait évidemment pas ce qu’elle avait dit et regrettait et c’était ce jour là qu’elle avait commencé à penser que, peut-être, ça aurait pu être pire. La magie n’était pas ce qu’on pouvait qualifier de sure, il pouvait toujours se passer quelque chose, quelque chose de mauvais et d’incontrôlable. Alysse en avait d’ailleurs parlé lors d’un cours particulier avec Emilie et bien que les mots de celle-ci l’avaient un peu rassurée, elle continuait de se questionner sur la question. Sortant de ses pensées, la sorcière se changea en vitesse afin d’enfiler des vêtements plus aptes à sortir puis passa lentement la porte de la chambre en regardant à droite puis à gauche plusieurs fois. Il n’y avait aucun bruit, tout le monde devait dormir. Elle ignorait l’heure qu’il était exactement mais il devait se faire tard. Une petite brise venait caresser son visage et rafraichissait la nuit sombre. Sans réfléchir où elle allait réellement, ses pas la guidèrent jusqu’à l’entrée de la forêt. La jeune femme se mordilla la lèvre inferieure. Il ne valait mieux pas qu’elle entre la dedans, maladroite comme elle l’était elle allait probablement se perdre et serait obligée d’attendre qu’on vienne l’aider à en sortir se faisant, par la même occasion, prendre dans le sac en flagrant délit de non respect des règles et le premier soir en plus ! Non pas moyen.. La jeune femme tourna les talons pour partir mais quelque chose la retint. Cette forêt était si mystérieuse, si sombre.. Elle devait forcément cacher quelque chose. Allons-y et tant pis pour les ennuis. Sa raison sembla soudainement prendre le raisonnement d’Indiana Jones. Elle s’engagea donc, marchant entre les arbres et faisant le moins de bruit possible.

Alysse était le genre de fille à avoir assez vus de films d’horreur pour s’avoir que ce n’était pas une si bonne idée de s’aventurer la dedans, seule, en pleine nuit, sur une île qu’elle ne connait absolument pas, alors que tout le monde dort et que les propriétaires ont plus ou moins mis en garde les nouveaux arrivants du danger que cela pouvait représenter. Alysse ne pouvait pas s’en empêcher c’était plus fort qu’elle : c’est comme si à chaque fois, elle prenait un malin plaisir à prendre l’issue la plus difficile, comme si elle s’amusait à se tester, à tester ses limites, à tester la vie. Elle n’était pas invincible loin de là et c’était la raison principale qui la poussait à faire des choses stupides et irréfléchies parfois. Elle aimait cette sensation de peur que lui procuraient certains endroits ou certaines personnes. Elle aimait sentir la chaire de poule sur ses bras, ses lèvres trembler, son cœur s’accélérer sous l’adrénaline. Avançant lentement mais surement, Alysse essayait de tout distinguer autour d’elle-même si seule la lumière de la lune éclairait l’endroit. Ses yeux s’étaient faits au noir, au sombre de cette forêt qui semblait immense et elle parvenait maintenant à discerner les arbres, les branches presque à la perfection. Elle continua ainsi plusieurs minutes durant jusqu’à ce qu’un bruit la fasse s’arrêter. Comment dire c’était.. Flippant, absolument flippant. Ce n’était pas le bruit d’un pas sur des feuilles mortes ni le craquement d’une branche. C’était plus.. Une sorte de grognement étrange. La bouche de la sorcière s’entrouvrit alors qu’elle cessait complètement de bouger : « Dans quelle merde je me suis encore foutue moi.. » Murmura-t-elle à personne d’autre qu’elle. Son regard passait d’un arbre à un autre mais se fixèrent dans un point vide lorsqu’un nouveau bruit se fit entendre juste derrière elle. La peur au ventre, elle referma la bouche et se tourna pour voir la source de sa peur, d’un coup, comme ça au moins c’était fait. Lorsqu‘elle se tourna, elle se retrouva en face de.. Rien. Tout semblait normal et rien ne bougeait. Elle ne savait pas trop ce qui venait de se passer mais une seule chose lui traversait l’esprit à ce moment là : prendre ses jambes à son cou. Pour le courage, on repassera. Elle préférait passer pour la nunuche qui crie et se barre le plus vite possible en sauvant sa peau plutôt que de jouer à Lara Croft ou encore Wonder Woman à se battre contre un adversaire qu’elle ne voyait même pas. Ainsi, elle se mise à courir le plus vite possible, tentant d’éviter les branches, les racines et autres obstacles. Durant sa course, quelques petites branches élevées lui lacèrent la joue à quelques endroits mais elle ne s’en souciait pas, tout ce qu’elle voulait c’était retrouver le chemin, sortir d’ici et retourner dans sa chambre comme si rien ne c’était passé. Cette nuit était décidément plus qu’horrible, que lui avait-il prit aussi d’y aller en sachant pertinemment que ce n’était pas une bonne idée ? Ca pour être cruche, elle n’était pas la dernière. Elle courait à en perdre haleine, refusant de regarder derrière elle pour voir si la chose -invisible- la poursuivait. Et si tout cela n’était qu’une malheureux tour de son imagination ? Aucune idée mais elle ne voulait pas le savoir. Elle entendait encore ce son dans ses oreilles, se bruit bizarre qui avait résonné deux fois d’affilé et lui avait fichu une trouille pas possible. Continuant sa route complètement dans ses pensées, Alysse fonça dans quelque chose mais pas un arbre. C’était beaucoup moins rigide, beaucoup moins froid et plus vivant aussi. Quelqu’un était donc là aussi ? Et si c’était la créature ?! Ils tombèrent tous les deux violemment au sol, elle à califourchon sur lui et alors qu’elle essayait de se relever pour fuir encore plus vite, elle ne fit que de tomber sur le côté, emportant la personne avec elle. Les rôles se retrouvèrent échangés : elle était en dessous, emprisonnée. Yeux fermés, elle se débattait comme une lionne en essayant de repousser son adversaire et criant le plus fort que ses poumons épuisés le lui permettaient : « NON LACHEZ MOI, LAISSEZ MOI PARTIR ! » Sa voix était aigue, signe que là, elle avait vraiment peur et pas qu’un peu. Mettant en pratique une méthode étudiée avec Emilie, Alysse parvint à se dégager en repousser la personne en arrière et recula , toujours assise au sol jusqu’à un arbre où elle se mise à sangloter en se relevant doucement. Elle saignait au visage sans oublier la chute qui lui avait légèrement entaillé le bras. « Me faites pas de mal, je dirais à personne ce qui c’est passé, je veux juste rentrer, rien d’autre, s’il vous plait.. » Elle était pitoyable, à pleurer comme une gamine qui venait de voir un monstre sous son lit. Elle savait que, en réel cas de danger, la personne aurait certainement rit aux éclats avant de lui défoncer le crâne avec n’importe quel bout de bois se trouvant au sol mais tant pis. Elle était trop apeurée, trop fatiguée pour se battre. La seule solution qui lui restait était donc de prier et d’implorer la pitié. Sa tête entre ses mains, son corps tout entier tremblait encore sous le choc et la panique. Son souffle était irrégulier, son pouls battait à cent à l’heure et elle sentait son sang battre dans ses veines. Une chose était sure : si elle sortait de là vivante, elle ne jouerait plus à l’aventurière et dirait ‘merde’ à Indiana Jones.


HJ: vraiment désolée du retard, en esperant que tu restes et que nous pourrons continuer ce rp  :**: 
& désolée pour le pavé, j'étais très inspirée  Arrow 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 « For the night is dark and full of terrors » [PV Alysse]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires-
» IVAN ☩ night is dark and full of terrors
» The night is dark and full of terrors ~ Eliana & Calista
» [#6] Cause the night is dark and full of... Fantominus [Terminé]
» SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nés à minuit :: Au coin du feu :: La corbeille-