Nous recherchons des personnes extérieurs à l'école, en particulier !
Le chapitre cinq a été ouvert ici

Partagez | 
  Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Localisation : A Shadow Falls
Messages : 324

MessageSujet: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Lun 12 Aoû - 7:33

Chapitre trois
Des morts à Shadow falls...


Lundi 16 septembre, les élèves se rendent au réfectoire pour le petit déjeuner, un nouveau jour, un nouveau programme pour la journée, une nouvelle semaine... Bref, une journée comme les autres.
Mais au loin un cri se fait entendre. Les élèves et les professeurs accourent à la lisière de la forêt. La fille est en pleures, tout le monde se demande ce qui se passe. Les curieux s'approchent petit à petit. Certains s'évanouissent, d'autres crient, d'autres restent bouche bée et certains repartent en courant pour ne pas voir ce qui se déroulent sous leurs yeux.
Trois corps sont retrouvés ensanglantés, on reconnait à peine les visages, leur ventre est troué comme si quelqu'un les avaient dévorés et des vers sortent de tous les orifices. Le spectacle est horrible, mais on arrive quand même à reconnaître les trois élèves : Keeghan R. Anderson, Mary-Alice A. Andrews et Lukaël E. Karlson. Qui a bien pu faire cela? Depuis les corps sont-ils là? Les a-t-on tué dans l'école? Un vent de panique s'abat sur Shadow Falls.

Ⓒ Texte et code par le staff


Vivez la découverte des corps ! Pour ceux qui participent à la mini intrigue : une heure avec un autre élève, les morts se passent avant donc vous pourrez bien évidemment en parler dans votre sujet à deux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nesaminuit.forumgratuit.org

Etudiant

avatar

Localisation : Shadow Falls
Messages : 490

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Lun 12 Aoû - 8:57


Des morts à Shadow falls...
feat. tout le monde

 
J'étais assise dans le réfectoire à bavarder tout en mangeant. J'étais en compagnie d'autres loups mais, il y avait également d'autres créatures à mes cotés. Le cri me fit tout d’abord sursauter et puis, j'ai vu tout le monde se précipiter à l'extérieur. Je ne savais pas ce qu'il venait d'arriver. C'était certainement une chose qui ne s'était jamais produit ici, en tous cas, pas depuis a venue à Shadow Falls il y a quatre ans. Je me suis donc levée à mon tour et j'ai suivit le mouvement de la foule, me laissant entraîner à la lisière de la forêt. Je ne sais pas vraiment ce qui m'a pris de les suivre tous, je n'aurais surement pas dû. Mes yeux ont directement été attiré par une macabre découverte. Je vis tout d'abord une louve, Keeghan. Je ne la connaissais pas vraiment mais, nous partagions la même race. Je me suis alors effondrée parce que finalement, même si nous n'avions pas de meute à Shadow Falls, c'était comme si elle faisait partie de la mienne. Je me mis alors à ressentir un sérieux manque au fond de moi. Une fée était là également et je n'avais pas vraiment pris le temps de la connaitre et ensuite, je me mis à pleurer toutes les larmes de mon corps et à taper du poing au sol.

Mon confident, Lukaël était là aussi, il avait été tué par je ne sais quoi. Je ne savais plus quoi faire, le voir dans cet état me mettais vraiment en colère si bien que je laissai échapper un grand : « NOOOON ! » Les autres me regardaient et je m'en contre-fichais. Je me suis alors retournée, cherchant des yeux quelqu'un qui me prendrait dans ses bras, qui me dirait que tout ceci n'était qu'un cauchemar et que je me réveillerais bientôt mais, il se trouve que ces trois corps allongés et déjà rongé par la mort était bien réel. Il fallait que je puisse oublier tout ça mais rien ne pourrait effacer la perte de mon confident ainsi que des autres pensionnaires de Shadow Falls.



_________________
WATCH OUT FOR THAT BITCH CALLED KARMA
can you see the boy who put the hole in my heart, i'm driving through the town by myself in the car. coping in the night like a wolf in the dark.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etudiant

avatar

Localisation : Shadow Falls
Messages : 615

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Jeu 15 Aoû - 19:06


Des morts à Shadow Falls

Je rêvais que je volais.

J'étais un métamorphe capable de me transformer en aigle. Je survolais une forêt, celle de Shadow Falls.
Shadow Falls, ma nouvelle demeure. Mais quelque chose clochait.. Pourquoi étais-je un aigle ? Je n'étais pas métamorphe pourtant !
Non .. Je ne suis pas un aigle, ni un métamorphe.. Je suis une fae.
Tout ce qu'il y a de plus humain.

Il n'en fallut pas plus à mon rêve pour tourner au cauchemar.
Les plumes se détachèrent, les ailes se transformèrent en bras. Mon bec se transforma en bouche. Et mon glatissement se transforma en un cri, lorsque je me mis à chuter vers le sol.

Et boum.
Je venais de tomber de mon lit.

J'avais entraîner mon téléphone dans ma chute, vu que je dormais habituellement avec.
J'appuyais brièvement sur un des boutons, pour faire apparaître l'heure.
Mes yeux encore embrumés à cause de mon réveil de même pas une minute a peine, mirent un peu de temps à lire les chiffres affichés sur mon petit écran.

J'écarquillais brusquement les yeux.
J'étais en retard. Encore une fois, mon réveil n'avais pas sonné.
Comment étais-ce possible ? J'avais vérifier qu'il étais bien en marche la veille au soir !

Je me redressais tellement vite que j'en eu le vertige. Mais je n'avais pas le temps de me soucier de ça. J'allais encore arriver trop tard pour le petit déjeuner et je n'allais pas pouvoir le prendre.

Je m'attachais les cheveux en une queue lâche, mis les premier vêtement qui me tombais sous la main, et les enfilais. Comme ils étais tous noirs ils iraient forcement bien ensembles. Ma veste sur mon dos, mon sac sur mon épaule, et mes chaussures a mes pieds, je m'empressait de sortir de mon chalet.

J'avais fait la moitié du chemin jusqu'au réfectoire, lorsqu'un cri persan retentit derrière moi.
Je me retournais en direction du cri, il venait de la forêt. Des oiseaux s'envolait effrayés et surpris à l'endroit ou cette personne avais crier.

Je restais figée.
Que s'était-il passé ?
J'entendis des voix venir de vers le réfectoire. Le cri avais porté jusqu'à l'autre bout de l'école, tous les élèves présents dans le réfectoire étais en train d'en sortir et se dirigeais d'un pas rapide vers l'endroit ou l'on voyais encore quelques d'oiseaux s'envoler affolés.

Lorsque la vague de foule arriva à mon niveau, je me laissait donc emporter avec tout le monde en direction de "l'attraction" du jour.
Comme j'avais commencer à suivre le mouvement un peu avant qu'il n'arrive à mon niveau, je fus une des première à arriver sur les lieux.

Le spectacle qui s'offrait maintenant sous mes yeux, ..
Jamais je n'aurais imaginer voir ça ailleurs qu'en dehors d'un des films d'horreur que j'affectionne.
Des corps, trois.
Étalés sans vie sur le sol, les tripes à l'air, le visage lacéré presque méconnaissable.
Mais, je les reconnaissais. Je les avais déjà vu dans l'école, jamais je ne leur avais parler.

Certains élèves pleurais, d'autres se cachaient les yeux, certains partais même en courant, je les entendais aller vomir.

Ce qu'il y avais d'étrange dans tout ça, c'est que les corps étais pleins de .. Pleins d'asticot.
Chose étrange, car cela avais du être fait dans la nuit, ou tôt le matin, car je les avais vu la veille.
Mais l'état de décomposition étais pourtant très avancé, en plus les nuits étaient fraîches..

Une fille que j'avais déjà vu traîner avec Alex, Bliss si je me souvenais bien, venais de s'écrouler en larmes sur le sol. Tout en criant un grand, long et très théâtrale..

- NOOOOOON !

J'en avais assez vu. Je me retournais et m'en allais doucement, tout ce monde et toutes ces horreurs m'avais retourner l'estomac.
Si j'avais faim demain matin, ce serait un miracle.
Après m'être séparer du jardin des horreurs d'une vingtaine de pas, je m'adossais à un arbre. Je me laissais lourdement tomber sur le sol et mis ma tête entre mes jambes pour calmer la nausée que cet événement avais engendré.
J'étais en plus manque d'oxygène.


Après quelques bouffées d'air, je redressait la tête, et regardais aux alentours. La terre avais arrêter de tourner.
J’aperçus Chad, a quelques mettres de moi, il me regardais aussi.
Je sentais mes nerfs sur le point de lâcher.
J'aurais voulu ne jamais voir ça, c'était trop horrible.
Je tremblais, et sentais une larme perler au coin d'un de mes yeux.
Il fallait que je me calme.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite

_________________
-I'm very particular with my words-

Fear the Old Blood.By the gods, fear it.


Dernière édition par Keith L. Roman le Sam 22 Mar - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etudiant

avatar

Messages : 213

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Dim 18 Aoû - 22:20

Le réveil sonne. Bip bip bip. Un grognement se fait entendre sous les couvertures qui s’agitent. Une main tâtonne à la recherche de l’objet maudit. Un ours grognon repousse les draps et frappe le réveil sans ménagement. Celui-ci chute mais continue de sonner.

_ Putain, lève-toi Chad !

Le colocataire râle à son tour, lançant son oreiller sur celui qu’il interpelle. Ce dernier se lève enfin. Il reste assis un moment sur son lit, s’étire. Quelques rayons lumineux passent sous la porte et dessinent un chemin jusqu’à la sortie. Un soupir résonne dans le chalet suivi d’un bayement bruyant. Le jeune homme se lève, traîne des pieds jusqu’à la salle de bain.

Chad est au pensionnant depuis une semaine. Il avait agréablement retrouvé son amie d’enfance, sa confidente, sa sœur. Il avait été si heureux de la voir aussi souvent qu’auparavant qu’il avait fait des efforts pour aller à la cafétéria pendant les heures pleines. Le premier jour il avait fait exprès d’arriver un peu plus tard. Il n’avait aucunement envie de se mêler à ses adolescents sujets, comme lui, à des troubles du comportement à cause de leur « don ».

Il quitte la salle de bain, vêtu d’un jean noir, un polo vert kaki et une paire de chaussettes blanches. Un nouveau bayement. Il n’a pas assez dormi à son goût. L’habitude de travailler la nuit, rendait son assiduité difficile. Il doit faire plus d’efforts qu’il ne l’aurait pensé. De plus, il a quitté l’école depuis si longtemps qu’il en redevient presque un mauvais élève. Les matières qu’il déteste le plus n’y sont plus, mais cela reste tout d même pénible dans une certaine mesure. Il soupire en lançant le coussin qu’il a reçu plus tôt, sur le lit de son coloc. Ce dernier essaie de se rendormir alors que comme lui, il doit aller en cours ce matin. Un fin sourire sur les lèvres, il le frappe jusqu’à que les insultes fusent.


    J’aime les mots d’amour, mais là c’est trop, se moque-t-il.


Il repart en rigolant avant qu’il ne se fasse frapper plus fort qu’il ne le mérite. Il attrape rapidement sa besage beige qu’il balance sur son épaule nonchalamment. C’est reparti pour une journée de cours. L’année va être longue, pense-t-il.

Il regarde son portable et se rend compte qu’il est presque en retard pour le petit-déjeuner. Il serre les dents et presse le pas. Finalement, quand il arrive, il se rend compte que la salle est pleine. Il souffle et cherche sa meilleure amie des yeux. Il salue les quelques personnes qu’il côtoie fréquemment et s’assoit seul à une table, ne trouvant pas celle qu’il cherchait. Il sirote son jus de fruit. Ses yeux passent d’un élève à un autre. Il découvre tous les jours de nouveau visage. Il ne s’attarde pas, ne cherche pas à les provoquer en les regardant avec insistance.

Soudain un cri brise l’harmonie de la pièce. Tous qui étaient si chaleureux, si souriants, s’inquiètent. Ils se redressent, délaissent leur plateau déjà grignoté et se regardent.

_ Qu’est-ce qu’il s’est passé ?!

Puis, comme un seul homme, ils se lèvent et se précipitent dehors. Chad les regardent mais finit par en faire de même alors que la salle est presque vide. Il n’oublie pas son sac. Son visage est fermé alors que la foule s’est arrêtée à quelques mètres de lui, à l’orée de la forêt. Un nouveau cri… Il en frissonne. Il sait que ça n’annonce rien de bon. Il reste un peu en retrait, les mains dans les poches. Des larmes coulent sur les visages rougis et bouffis par la tristesse. Il entend des murmures inquiétants.

_ Deux filles et un garçon… Mais on voit rien d’ici. Il parait que le spectacle est pas beau à voir.

Chad fronce les sourcils d’avantage, serrant les mâchoires. Il joue des coudes jusqu’à ce qu’il arrive devant les corps mutilés. Au fond de ses poches, il serre les poings. Il ne peut pas affirmer que ses cadavres le laissent de marbre, mais la mort ne lui fait plus peur depuis un moment. Il ressent une certaine colère, certain que ce sont des humains effrayés qui agissent. La différence effraie. C’est aussi ce qui l’a poussé à fuir et à se cacher. A dissimuler ce qu’il était vraiment. Il ne desserre pas les mâchoires.

Il reste ainsi à fixer les cadavres, sans bouger. Il déglutit à peine. On pourrait croire qu’il n’a pas de cœur. Il s’en fiche. Il relève la tête et regarde les visages autour de lui. Il voit de la peine, de la douleur, de la peur. C’est ainsi qu’il croise les yeux bleus envoûtants de Keith. Il la regarde longuement, sans un mot comme à son habitude. Il a besoin d’une clope. Il est prêt à s’éloigner du groupe, de ces visages déprimés, déprimants pour s’allumer une clope mais ses pas l’emmènent auprès de la Fae. Au fur et à mesure qu’il se rapproche d’elle, il voit les larmes qui coulent sur ses joues. Sans un mot, même si elle risque de le repousser, il la prend dans ses bras.

Il ne prononce aucun mot. Il trouve cela inutile. Sa présence suffit selon lui. Il espère en tous cas qu'elle n'aurait pas besoin de plus. Il n'est pas le plus doué pour consoler. Il a toujours aidé sa "soeur" de cette manière, se contentant du mot pour rire. Toutefois cette fois, aucune blague ne réussirait à détendre l'atmosphère. Alors il se contente d'être là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etudiant

avatar

Localisation : Shadow Falls
Messages : 265

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Mar 20 Aoû - 17:43

Lundi matin, comme d’habitude depuis la rentrée, Alysse est déjà prête pour aller au réfectoire avec tout un flux d’autres élèves afin d’y déjeuner pour bien commencer la journée. Avant de partir, elle passe dans la chambre de Mary-Alice. Rien a bougé. A chaque fois qu‘elle se levait, Alysse était dans l‘espoir de voir son amie couchée sous ses draps, dans son lit mais non. Elle n‘avait plus aucune nouvelle, personne en avait et plus les heures et les jours avançaient, plus la sorcière se disait qu‘il avait du lui arriver quelque chose et qu‘elle ne le savait certainement même pas. Arrivée au réfectoire, Alysse n’a même pas le temps de prendre place pour se servir un verre de jus qu’un cri strident se fait entendre près de la forêt. Effrayant aussi. Un cri qui vous glace le sang en moins d’une seconde. Les élèves déjà présents tournent tous la tête puis se lèvent et ne forment rapidement qu’un très grand groupe qui se rue comme un homme en direction du cri de tout à l’heure. La jeune blonde est d’ailleurs prise dans le flux sans vraiment s’y attendre, entre un garçon et une fille qui se dépêchent pour voir ce qu’il peut bien se passer et la petite course ne s’arrête finalement que devant quelques arbres. Des cris d’horreur, des mines effarées,… La sorcière ne comprend pas ce qu’il se passe mais à voir le visage des gens, ça n’a rien de bon. Et si c’était… Non ! Ca n’a rien a voir avec sa meilleure amie, ce n’est pas possible elle est juste allée se promener et elle sera de retour ce soir..

Les gens lui cachent la vue, ils sont trop et plus grands qu’elle pour la plupart.. Alysse joue un peu des bras et des coudes en se faufilant en travers des gens ce qui est d’ailleurs l’un des seuls côté bénéfique de sa taille et se retrouve devant. Ses yeux s’agrandissent, son cœur fait un bon dans sa poitrine, il ralentit , s’arrête quasiment et recommence à battre très vite.. Quelle horreur.. Trois corps se trouvent sur le sol, un homme et deux femmes. Toutes sortes d’insectes sortent et entre de leurs entrailles et c’était déjà assez horrible comme ça jusqu’à ce qu’elle reconnait Mary-Alice. Elle était l’une des trois.. La sorcière posa l’une de ses mains sur sa bouche pour essayer d’empêcher tout cri de désespoir qui pourrait s’en échapper, sentant des larmes commencer à lui tomber du coin de l’œil et déferler sur les joues. Elle recule pour s’éloigner de sa et se retrouve bloquée contre un arbre, le regard fixé sur le corps de sa colocataire. C’est pas possible…. Elle ne peut que constater que si.. Son souffle est coupé, elle n’a qu’une envie c’est de se laisser tomber comme une fillette et de pleurer toutes les larmes de son corps mais même ça elle n’y arrive pas.

Elle ne fait pas vraiment attention à ce qu’il se passe autour, aux gens, a ce qu’ils disent mais elle entend d’une oreille distraite et lointaine des gens qui pleurent, qui vomissent à la vue de ce spectacle. Elle tourne la tête ; il faut qu’elle s’éloigne, qu’elle parte d’ici tout de suite , qu’elle retrouve son souffle, qu’elle reprenne le contrôle de ses membres. Elle tâtonne l’arbre et s’assoit contre lui, la tête entre ses mains et les yeux fermés pour essayer d‘oublier cette image monstrueuse et tout ce qui vient de se passer, elle sent son cœur battre vite dans sa poitrine, trop vite. Rien n’y fait, c’est sa meilleure amie elle ne peut pas garder ça pour elle et ne rien faire, elle éclate en sanglot et se met a pleurer, les jambes et les mains tremblantes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Mar 20 Aoû - 23:46







Des morts à Shadow Falls.


Je ne savais que trop choisir ce midi comme plat principal de mon repas. Même si l’odeur des pâtes à la carbonara me rendait dingue, les coquilles saint jacques étaient tellement inhabituelles ! J’en attrapais une assiette avec envie et la mis sur mon plateau. Le cuisinier, de l’autre côté de son comptoir me lançais ce regard blasé et désagréable qui manifestait son ras-le-bol. Cela me fit intérieurement sourire.

L’écho d’un cri strident résonna soudainement dans la grande salle, mettant fin à ce brouhaha pesant. Je me retournais en direction de ce bruit et vis toutes les têtes tournées vers l’extérieur. Alors, la foule se leva et sortit en courant pour comprendre ce qu’il venait de se passer. Je laissais mon plateau sur le comptoir et suivis le mouvement. Je fus vite entraînée contre mon gré, me retrouvant écrasée entre des corps inconnus. Les coups de coudes, de genoux et de hanches ne cessaient de s’abattre sur moi. J’avais beau tenter de me faire entendre, ma petite taille semblait me rendre invisible. Je ne pouvais pas non plus voir le spectacle qui s’offrait à nous. Cependant, je pouvais entendre des réactions d’horreur, des cris, des aspirations rapides, des pleurs. Je vis une fille blonde à ma droite qui tentait de bousculer les gens pour se frayer un chemin, alors je la suivis. J’arrivais alors au premier rang et découvris avec effroi trois corps inertes, écorchés à vif. La vision qui s’offrait à moi me retourna l’estomac. Les corps étaient étendus au sol, les membres tordus et ouverts. On pouvait voir leurs boyaux sortir de leurs entrailles, tous imbibés de sang et recouverts d’insectes répugnants rongeant leur chair. Les visages des morts portaient encore cette expression d’épouvante et de douleur qui fit frissonner chacun d’entre nous.
Mon corps était pétrifié et mes yeux figés sur ces cadavres. J’étais prise de bouffées de chaleur et de tremblements, et le battement de mon cœur résonnait dans mes tempes. Une fille à côté de mon se plia soudainement sur elle-même, régurgitant le repas qu’elle devait avoir avalé quelques minutes plus tôt. Le son du rejet me fit tressaillir de dégoût et l’odeur m’empoisonna les narines. Je ne me sentais pas bien ici.

Derrière moi retentit alors un cri, mêlé à des sanglots. « Noooooon ! ». Je me retournais et vis Bliss, deux têtes plus loin, les yeux débordants de larmes, le visage peiné, qui s’écroulait au sol. Elle se recroquevilla sur elle-même, comme si la douleur de la perte lacérait l’intérieur de son corps. Chacun de ses sanglots sortait de sa bouche comme une torture de plus pour son être. C’est comme si elle mourrait de brûlure devant nous. J’avais tellement mal pour elle !
Pourtant personne ne semblait bouger le petit doigt pour l’aider. Autour d’elle, beaucoup la dévisageait sans réagir, comme si tout cela était irréel et allait subitement disparaître, comme par magie…

Je poussais alors les quelques personnes qui me séparaient d’elle et, une fois à sa hauteur, je m’accroupis face à elle. Elle secouait négativement la tête, refusant de croire en leur mort. Je la pris doucement dans mes bras en lui susurrant des « Chuuuut- » à l’oreille. Mais tout le monde sait que les mots ne soulagent que rarement la souffrance d’une perte. Je la relevai et décidais de l’éloigner de la foule mais Bliss se débattait. Elle ne voulait pas partir.

Au loin, je vis Alexander débarquer, un peu tard. Il eut beau ignorer les évènements, son visage perdit toute expression lorsqu’il vit à son tour la tristesse qui émanait de Bliss. Non loin de là, j’aperçus également la jeune femme blonde de toute à l’heure, en pleurs, s’enfuir et se réfugier sous un arbre. C’était Alysse.
Je ne pus retenir cette larme, face à la répugnante tragédie qui s’abattait sur nous.



FICHE PAR CENTURY SEX
Revenir en haut Aller en bas

Etudiant

avatar

Localisation : Shadow Falls
Messages : 615

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Mer 18 Sep - 22:13


Des morts à Shadow Falls

Un bouclier.
C'est ce que Chad étais pour moi en ce moment même.

Il me protégeais des autres, mais aussi de moi même.
Normalement, je serais resté stoïque face à quelqu'un qui viendrais me serrer dans ses bras comme ceci, je l'aurais même repousser, engueuler, voir insulter, demandant à la personne si elle n'avais pas perdu la tête. Mais mes bras avais réagis avant moi. Avant que je ne puisse penser, parler ou réagir et sans que je ne m'en rendre compte, ils s'étais refermés autour de Chad comme un étau. Comme si ils ne voulais plus le lâcher car il étais la seule personne capable de les contenir.

Ce qui n'étais pas entièrement faux.
Mais ce n'étais pas mes bras que Chad contenais, c'étais moi, et mes émotions.

Son étreinte avais calmé mes nerfs et me membres tremblants, stoppé mes larmes, contenue mes émotions. Mais surtout, empêché une nouvelle apparition intempestive de mon double.

Tout comme mes bras avais trouvés leurs place autour de la taille de Chad, mon visage trouva la sienne ailleurs.
Il étais lové dans le creux de sa nuque.
La partie de ma joue en contact direct avec sa peau étais brûlante.
Et mon nez étais titillé par un doux parfum boisé, accompagné d'un fond de tabac froid.

Tandis que mes émotions se calmais, mon étreinte se resserrais.
J'avais l'impression qu'il n'y avais que nous.
Le bruit des conversations alentours s'était éteint. Seul raisonnai dans mon oreille, le rythme calme et posé du cœur de Chad, que mon oreille percevais à peine collé à son cou.
Il ne dis mot un seul instant. Et ça me convenais parfaitement.
Les mots que l'on pouvais dire dans ce genre de situations étais souvent vains.
Il devais l'avoir compris.

Il affichait un visage de marbre. Seuls l'éclat protecteur qui brillait dans ses yeux trahissait les émotions qu'il ressentait en cet instant.
Aucune peine, aucune tristesse. Il ne s’intéressait qu'a moi en ce moment..
En même temps, pourquoi ces morts devrait-elles nous atteindre ?
La mort frappe tous les jours n'est ce pas ?
Ce n'est pas parce qu'elle frappe là ou l'on vie qu'elle devrais nous faire peur n'est ce pas ?

Je ne connaissais même pas ces gens..
Cela pourrait passer pour méchant, mais c'est juste un moyen de se protéger. Pour ne pas se laisser submerger par les émotions..

Une fois mes émotions revenue à leurs seuil normal, c'est à dire, le moment ou je n'en ressent aucune, je me détache délicatement de l'étreinte protectrice de Chad.
En m'autorisant une dernière bouffé de son parfum doux et rassurant.
Lui murmurant un :

-Merci

Dans le creux de l'oreille.
Et en frôlant sa joue de mes lèvres, pour y déposer un bisous aussi bref que le battement des ailes d'un colibri.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite

_________________
-I'm very particular with my words-

Fear the Old Blood.By the gods, fear it.


Dernière édition par Keith L. Roman le Sam 22 Mar - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etudiant

avatar

Messages : 213

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Sam 28 Sep - 10:58

Lovée contre lui, la demoiselle ne tremble plus. L'écossais ne bouge pas, ou presque. Son regard parcourt pourtant les alentours. Ses yeux se posent sur chaque étudiant, professeur présent. Pour le moment il ne reconnaît personne, alors il rebaisse la tête. Il regarde la demoiselle. Ses bras sont autour de sa taille, ils le serrent. Les bras du jeune homme, quant à eux, sont sagement posés dans le haut de son dos. Il la cache, comme espérant pouvoir la cacher de la tristesse, l'incompréhension qui les entoure. Mais il sait qu'il en est incapable. Tout ce qu'il peut faire, c'est montrer qu'il la soutient. Il ne sait pas si elle reconnaît les personnes décédées ou non.

La joue humide et brûlante de la jeune femme est collée à son cou. Bien qu'il est l'impression d'être seul avec elle, il entend encore les sanglots, les murmures, les cris d'étonnement et d'effroi. Malgré son apparente froideur, il comprend ce que ressentent les élèves en deuil. Il sait la douleur que c'est de perdre un être un cher. Certains étaient ici depuis longtemps et avaient donc créé de solides liens avec d'autres. Comme il est dit, la Mort est plus douloureuse pour ceux qui restent que pour ceux qui partent.

Soudain, il croit reconnaître une silhouette qui essaie de se faufiler parmi les impuissants spectateurs. Il se redresse légèrement, essayant tout de même de ne pas perturber la jeune femme qu'il garde jalousement contre lui. Mais une autre femme à maintenant son attention. Alysse. Il frissonne. De là où il se trouve, il parvient à voir la détresse qui déforme ses traits angéliques. Il fronce les sourcils. Il ressent le besoin de se rapprocher de sa sœur pour à son tour la prendre dans ses bras et ôter la peine qu'elle ressent, même si cela ne durera qu'un bref instant. Mais il ne peut pas. Il ne peut pas abandonner Keith maintenant, pas dans de telles circonstances. Il soupire un peu alors que la demoiselle décolle sa joue de son cou.

Il baisse les yeux vers elle et maintient un masque de confiance un soi, le masque qui veut dire « tu peux compter sur moi ». Il le remercie dans un soupir voilé et dépose un pieux baiser sur sa joue. Du bout des doigts, il vient replacer une mèche rebelle derrière les oreilles de la demoiselle. Il caresse tendrement sa joue au passage. Un faible sourire apparaît alors sur ses lèvres bien que son regard soit totalement vide.

La barrière qu'il a créé entre lui et ses émotions est si forte qu'il se surprend encore lui-même. Malheureusement, il arrive parfois que ce masque se fissure et qu'apparaisse alors un soupçon de tristesse, même de joie dans le meilleur des cas. Mais il y a bien un sentiment qu'il ne se donne pas la peine de dissimuler. La colère. Elle est si simple dans son ensemble, pourtant si destructive, pense-t-il.

Bien que l'envie de rejoindre Alysse soit forte, il n'en montre rien. Il se contente de rester planté ainsi, face à Keith, sans bouger. Il se dit qu'il serait peut-être temps de dire quelque chose. Même un mot. Il cherche. Puis trouve.


    Tu les connaissais? hasarde-t-il.


Les mains maintenant dans les poches, il ne peut s'empêcher à cet instant, d'être frappé par la beauté que Keith dégage dans sa vulnérabilité. Elle passe son temps à jouer les fortes. Il est conscient depuis leur rencontre qu'elle ne l'est pas autant qu'elle le prétend. Pourtant à présent, il se noie dans l'éclatante bleutée qui le sonde. Malgré cela, il ne détourne pas le regard. Bien au contraire. Une part de lui ressentirait presque de la culpabilité à développer un tel sentiment dans pareils circonstances et une autre s'en fiche pas mal. Il demeure toujours impassible et n'en dit plus d'avantage alors que les effusions continuent autour d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etudiant

avatar

Localisation : Shadow Falls
Messages : 615

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Dim 23 Mar - 0:25


Des morts à Shadow Falls

Tout le monde étaient si tristes autour de nous. Maintenant que je n'étais plus séparé du monde par les bras protecteurs de Chad, je me rendais compte de l'effet dévastateur que pouvait avoir la mort sur les gens. Je n'avais jamais connu la mort. Ou du moins, lorsqu'elle avait frappée à ma porte, alors que je n'étais encore qu'un nourrisson, j'étais bien trop jeune pour comprendre et me rendre compte de la souffrance et de la tristesse qu'elle pouvait causée sur les êtres vivants.
En dehors des pleurs et des sanglots, aucun son ne se faisait entendre. La tristesse et la souffrance avait envahie la forêt, même les animaux ne se faisaient entendre. La vie qui d'ordinaire grouillait à la lisière de cette belle et verdoyante forêt, avait disparue. La mort avait pris sa place. Même la météo semblait refléter l'humeur générale. Le soleil, qui à mon réveil était encore présent, était parti se caché derrière des nuages, illuminant la scène, dont l'horreur n'avait pas départie, d'une lumière grisâtre et lugubre. La seule couleur qui ressortait à ce moment-là était le rouge du sang des cadavres qui tapissait le sol.

-Tu les connaissais ?

Chad. Je fus tout d'abord surprise par sa question. Il brisa le silence qui régnait entre lui et moi depuis le début, mais aussi celui qui régnait dans la forêt en elle-même. Je détachais mon regard de ce spectacle morbide pour le plonger dans le sien. Ses yeux étaient plongés dans les miens, je n'arrivais pas à dire quoi que ce soit, ni même à détacher mon regard du sien. Sa façon de me regarder était troublante. Il me donnait l'impression qu'il était en train de lire en moi, une impression étrange se mit alors à grandir en moi, comment faisait-il ?
Je reportais alors mon attention sur les corps sans vie qui reposaient sur le sol. C'était la seule chose capable en cet instant de maintenir mon attention sur le moment présent et qui me permettait de ne pas me noyer dans ses yeux envoutants.

-Non..

Lui répondis-je tout en faisant bien attention de ne pas le regarder. Je sentais son regard sur moi.

-C'est stupide non ? Pleurer pour des gens que l'on ne connait même pas. Des gens à qui l'on a jamais parler. C'est ce que tu penses non ?

Je poussais un soupir.

-Moi c'est ce que je pense.. Mais voir la mort en vrai, a fait naitre quelque chose de très fort en moi l'espace d'un instant.

Avaient-ils souffert ? Avaient-ils agonisés longuement avant de trépasser ? Ou était-il mort en une secondes sans se rendre compte de ce qui leur arrivait ? Et si ça avait été Chad qui s'était retrouvé étendu sur le sol, est ce que cela m'aurait encore plus atteint ? Des tas de questions fusaient dans mon esprit. Mais il n'y en avait qu'une dont j'avais la réponse.
Alors que je me tournais à nouveau vers Chad, je le surpris à regarder vers Alysse.
Même si je ne m'entendais pas spécialement bien avec elle. Je devais reconnaitre que l'état dans lequel elle était me faisait vraiment de la peine. Elle devait vraiment être proche d'eux. Ou au moins d'une des personnes maintenant prisonnière de l'étreinte de la mort.

-Tu devrais aller vers elle. Dis-je tout en indiquant Alysse d'un mouvement de la tête. Je sais que tu es proche d'elle.. Elle mérite bien plus que-moi ton réconfort, ta présence réconfortante et tes bras protecteurs.

Ma main vint se poser sur sa joue. Un léger sourire s'esquissât sur mon visage, un sourire qui voulait dire "C'est bon, tu peux y aller, il n'y a aucun problème", mais qui était aussi là pour cacher cette once de jalousie que je ressentais envers Alysse, à cause de toute l'attention que lui apportais Chad. Mais elle était sa meilleure amie. Alors je ne pouvais rien faire à part cacher cette jalousie. Je retirais ma main de sa joue et reparti en direction de l'école.
J'aurais pu éprouver un sentiment de culpabilité en cet instant pour avoir éprouvé ce sentiment qu'est la jalousie en de pareilles circonstances, mais je n'en fis rien. Ce qui est mort est mort.


fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite

_________________
-I'm very particular with my words-

Fear the Old Blood.By the gods, fear it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etudiant

avatar

Messages : 213

MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   Mar 27 Mai - 15:53

Son impassibilité le surprend autant qu'elle surprend ceux qui les entourent. Loin d'être discrets, il les entends s'en offusquer.

_ Comment fait-il pour ne rien éprouver ?! C'est peut-être lui qui a fait ça....

Il déglutit et finit par leur jeter un regard noir en serrant les poings. Il est prêt à se jeter sur eux sans le moindre état d'âme mais finit par se ressaisir à temps. L'heure n'est pas à l'affrontement. Il réprime un grognement et se tourne de nouveau vers Keith. Ses yeux humides l'apaisent immédiatement.

Elle avoue ne pas les connaître. Un soulagement. La perte de quelqu'un que l'on connaît et que l'on apprécie, l'Ecossais connaît parfaitement cette sensation. Et puis elle enchaîne. Il l'écoute.

    Ca n'est rien de stupide, c'est humain voilà tout.


En disant cela, il a la sensation de ne plus rien avoir d'humain. Pourtant il sait parfaitement qu'il n'a rien d'un monstre. Il n'a jamais tué personne, ne l'a même jamais voulu. Il a simplement mis sous clé ses sentiments les plus forts. Mais il sait que c'est à force de les réprimer que les transformations sont si incontrôlables. Il soupire. Il réglera ce problème à un autre moment.

En regardant autour de lui, il voit des visages familiers. Des visages tordus de douleur pour la plupart. Puis, celui qui l'affecte le plus, celui de sa sœur. Il ressent un pincement au cœur. La voir dans un tel état le chamboule plus qu'il ne voudrait l'admettre. Il en frissonne même. Une partie de lui n'a qu'une envie. La rejoindre au plus vite pour la prendre dans ses bras et la consoler. Une autre partie veut rester avec Keith. Elle aussi il veut la protéger. Que faire ? Il regarde cette dernière. Les yeux encore embrumées, elle lui dit de retrouver Alysse. Une main sur sa joue et le voilà qu'il frissonne de nouveau. Il ne pensait pas qu'il ressentirait un jour quelque chose de semblable. L'horrible sensation d'être déchiré. Il soupire de nouveau et prend Keith une dernière fois dans ses bras. Il caresse tendrement sa douce et longue chevelure. D'une voix aussi douce que possible, il murmure :

    Je reviens vers toi dès que je le peux.


Il tente un sourire en se séparant d'elle avant de s'empresser de rejoindre Alysse. Cette dernière est recroquevillée sur elle-même. Elle tremble, pleure à chaudes larmes. Le métamorphe a l'impression de recevoir un coup de poignard à chaque sanglot qu'elle émet. Il tente de s'approcher d'elle et elle recule par instinct.

    Chut, Aly... C'est moi, Chad... Viens là.


Sans en dire d'avantage, il la prend contre lui, sentant son t-shirt se mouiller sous les larmes. Il frissonne de nouveau. A la réaction de la sorcière, il n'a pas besoin de lui demander si elle connaissait l'un d'entre eux. Il le sait, il le sent. Sa douleur l'accable presque autant que si ça avait été la sienne.

    Chhh... Je suis là...


Il sait que sa présence n'est pas d'un grand réconfort, mais c'est la moindre des choses qu'il puisse faire pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...   

Revenir en haut Aller en bas
 Chapitre trois : Des morts à Shadow falls...Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires-
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »
» Mission Chapitre trois : « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» Les Trois Mousquetaires
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» La Geste des Trois Amants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nés à minuit :: Au coin du feu :: La corbeille-